You are not logged in.

  • "Alter-Children" is male
  • "Alter-Children" started this thread

Posts: 56

Date of registration: Jul 9th 2011

Language Team: French

Focus Group: Translator
Translation Proofreader

Location: Around Paris - France

Thanks: 2038 / 15

  • Send private message

1

Monday, October 7th 2013, 8:04pm

Culture in Decline | Episode #6 "Tale of Two Worlds" by Peter Joseph

Signature from »Alter-Children« Find me : Trello
  • Les majuscules en français : Wikipedia
  • Les espaces autour des signes de ponctuation : Wikipedia
  • Espace insécable Linux : AltGr + Maj + Espace | Windaube : Alt + 255

This post has been edited 1 times, last edit by "Ray" (Jul 4th 2017, 4:45am)


1 registered user and 59 guests thanked already.

Users who thanked for this post:

Ray

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

2

Wednesday, December 25th 2013, 11:46am

Salut, salut.

J'ai traduit l'ensemble de l'épisode 6 de Culture in Decline mais n'étant pas le meilleur en anglais, il y a deux ou trois parties qui me posent encore problème.
Je colle ci-dessous ce que j'ai fait. J'ai commencé dès le début même si certaines parties ont été faites.
J'ai mis en vert les éléments fondamentaux qui me posent problèmes. Ils ne sont pas très nombreux mais il faudrait évidemment tout relire, au moins pour voir si tout est compréhensible. Comme je ne peux pas coller tout dans un seul message, je le post en plusieurs fois.


Oh, salut !

Avez-vous déjà joué à ce petit jeu
de logique ?

Vous pouvez l'avoir sans doute déjà
essayé en vous ennuyant à l'aéroport.

Rien de complexe : On vous donne
un ensemble de règles que vous devez respecter pour atteindre un
objectif.

Ce n'est peut-être pas la chose la
plus excitante pour ce divertir de nos jours.

Je ne sais pas.

Peut-être qu'il y a quelque chose de
plus au-delà de simplement vouloir passer le temps quand on attend.

Bien sûr, nous admettons tous que nous
sommes des individus raisonnables

en ce qui concerne nos décisions, pas
vrai ? En vérité, on peut soutenir


qu'à un certain degré associatif, la
logique causale


est intrinsèquement incontournable,
elle est liée à nos cerveaux

avec respect pour la manière dont nous
interprétons et lions nos expériences.

Pourtant, c'est cette même
problématique de degré

qui apparaît être là où le problème
se pose,

comme trop souvent les prémisses
fondamentaux

sur lesquels nous fondons nos
conclusions sont eux-mêmes défectueux

ou, du moins, sans preuves évidentes
pour être considéré comme factuel.

Inutile de dire qu'être logique à
l'intérieur d'un cadre cognitif illogique

ne vous mènera pas loin.

Et aujourd'hui, si vous creusez
profondément vers les origines

et les raisons de la pérennisation de
nos institutions les plus chères,

de la religion à la politique en
passant par l'économie jusqu'à l'ordre social lui-même,

vous pourrez découvrir quelque chose
appelé « foi »,

au lieu de la raison.

Et la « foi »,
intrinsèquement, n'est pas un prémisse de la raison.

La foi c'est croire sans avoir besoin
de preuves

et, par conséquent, elle est
contradictoire avec l'ensemble du processus de compréhension.

En 1961, l'ingénieur R. Buckminster
Fuller

a créé une simulation globale appelée
« The World Game ».

L'idée était de « faire
fonctionner le monde pour 100% de l'humanité

dans le plus court laps de temps, grâce
à la coopération,

sans endommager l'environnement ou
désavantager quiconque ».


C'est un exercice de pensée assez
simple et rationnel,

un jeu de logique qui, si vous voulez,
à une plus grande échelle,

même dans sa forme le plus simple,

se dresse effectivement en contraste
avec le cadre de référence

dans lequel notre société s'inscrit.

En vérité, tout ses efforts de
pensées suggèrent

d'adopter une plus large perspective en
ce qui concerne la Terre et la société humaine

en utilisant ce que nous apprennent les
causalités scientifiques ;

en opposition aux magouilles inhérentes
au fonctionnement anarchique du marché

qui prétend faire fonctionner le
monde, sans doute, avec une superstitieuse foi rigide

comme la « main invisible »
qui est supposée tout voir et tout savoir.

Je vous le demande : et si nous
osions voir la Terre comme un unique ensemble

dont il faudrait résoudre les conflits

avec une logique basée sur les lois
naturelles de la Terre,

les lois connues de la physique et de
la science ?

Et si notre but était de maximaliser
notre efficacité économique,

d'éradiquer la pauvreté et les
guerres,

de travailler structurellement sur
l'abondance d'une énergie propre,

et, par conséquent, de travailler pour
faciliter une réussite matérielle

pour l'ensemble de l'humanité, en
harmonie avec la Nature ?

Quoi ? Qu'est-ce que cela ?
Une utopie dites-vous ?

Trop idéaliste ? Communiste ?

Hé bien, je ne sais pas pour vous,

mais quand je considère cette planète
que nous appelons maison,

avec une unique condition structurelle

pour assurer la prospérité de
l'humanité : l'adaptation,

je suis à la fois impressionné par
nos extraordinaires réalisations en tant qu'espèce

mais en même temps, je suis horrifié
par les échecs amenés par notre ignorance,

ceci étant la plus part du temps le
résultat du refus de voir la Terre comme un seul et même ensemble

et l'humanité comme une famille liée
en son sein.

Comme ce dernier épisode de Culture en
Déclin le fera valoir,

l'humanité fait actuellement face à
un choix,

à un embranchement sur sa route. Ma
conviction personnelle

est que les choix qui seront fait par
cette génération

pourront être ce qui fait ou au
contraire ce qui défait notre espèce sur le long terme.

Et peut-être qu'à la fin de cet
épisode, vous, comme moi,

allez ressentir le besoin de réfléchir
au chemin que nous devrions prendre :

Une culture en ascension ou une culture
en déclin ?


Par le réalisateur de la trilogie
cinématographique Zeitgeist

Voici la pire émission de télé-réalité
de tous les temps

La vraie.

GMP Films présente

Culture en Déclin

avec votre guide Peter Joseph

www.cultureindecline.com


Les auteurs de science-fiction,
scientifiques et autres futuristes du monde

ont peint de nombreuses représentations
de ce que pourrait être le futur.

Certaines sont modeste, positives ou
même utopiques.

D'autres sont dystopiques, sombres et
oppressives. En ce qui concerne la vérité le plus probable,

le mieux que nous puissions faire est
de mesure les tendances et trouver un juste milieu à

ces projections,

avec peut-être, évidemment, la
tendance la plus pertinente étant l'influence dans la science et de
la technologie.

Bien sûr, le progrès technologique a
ses propres lacunes, pas vrai ?

Cependant, ne semble-t-il pas
qu'aujourd'hui l'écart entre notre avancée scientifique et la
compréhension ainsi que la considération que nous avons de ce
progrès est de plus en plus grand ?

Ne semble-t-il pas simplement évident
que nos capacités technologiques étendent notre maturité sociale ?

C'est en vérité un point effrayant

et un conflit de valeur.

La science et la technologie, misent
dans les mains de penseurs futuristes,

qui reconnaissent sans doute la
profonde capacité de créer l'abondance,


stabiliser notre empreinte écologique

et d'être durable à la fois
environnementalement et culturellement,

sont amenés à voir le monde très
différemment

que l'état d'esprit du marché, des
nationalistes ou des élites

qui voient la société au travers du
filtre limité de l'intérêt personnel et de la compétition,

réaffirmant constamment que le gain
aux dépends d'autrui

est une loi de la nature et, par
conséquent, une vertu d'être loué et récompensé.

Dans ce contexte, nous pouvons voir
comment ces mêmes outils

seront utilisés pour créer de plus
grosses armes, plus de surveillance

et des prisons physiques et
psychologiques plus efficaces

pour que la vaste majorité de
l'humanité,

rester en servitude d'un petit groupe
de personnes,

essentiellement la classe dominante.

Ainsi, avec cela à l'esprit, je vous
présente un exercice de réflexion.

Utilisant ma toute nouvelle machine à
voyager dans le temps,

je vais être votre guide pour un
voyage dans deux futurs différents.

D'abord, nous allons aller dans un
futur potentiel où les normes sociales,

écologiques et techniques que nous
connaissons aujourd'hui persistent.

Puis, nous visiterons un autre futur
qui pourrait très bien être obtenu,

si nous, en tant qu'espèce, étions
prêts à simplement utiliser notre vaste potentiel

pour modeler un nouveau modèle
hautement efficace avec de nouvelles pratiques :

un modèle qui n'est ni une utopie, ni
idéaliste

mais au contraire tout à fait simple,
pratique et faisable,

si nous choisissons simplement de
changer en accord

avec la logique de notre existence
naturelle.


Poof !


Culture en Déclin : Récit de
deux mondes.


New York, 2110.


Cela fait longtemps depuis la chute de
l'empire américain

et plus généralement du déclin de la
majorité du monde.

L'énorme influence de la politique
économique américaine

ainsi que le matérialisme et les
valeurs contre-productives et ravageuses

qui lui correspondent, nées de la
consommation et de la croissance économique infinie,

ont commencé à atteindre leurs
limites au milieu du 21e siècle.

Jusqu'à ce moment, la course à
l'industrialisation globale

poursuivie sans relâche, toujours
attaché


au soit disant rêve américain,

sans pourtant calculer que si le monde
entier vivait selon le même modèle

dégénéré que les États-Unis, il
faudrait les ressources de quatre planètes supplémentaires

pour maintenir ce mode de vie.

Que s'est-il passé ?

Hé bien, il y a eu trois clous dans le
cercueil de l'effondrement sociétal.

La synergie de ces problèmes s'est
mêlée pour former une tempête,

et au moment où la population mondiale
a atteint 8 milliards,

juste avant la Troisième Guerre
mondiale,

le chômage de masse a atteint 65%,

tous les gouvernements du monde étaient
en faillite les uns envers les autres,

et les ressources fondamentales
d’hydrocarbure ont vu leur pénurie s'emballer.

Et pendant que la Chine a gagné la
guerre,

les résolutions qui ont été décidées
n'ont pas duré longtemps.

Le cancer et les épidémies seules ont
atteint des proportions

catastrophiques en Asie et au-delà,

avec un tiers de la planète
inhabitable pour cause de pollution industrielle.

62 guests thanked already.

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

3

Wednesday, December 25th 2013, 11:48am

Aujourd'hui, la pollution globale a
diminué de 40% a cause des pénuries et des maladies.

En ce qui concerne la crise
énergétique,

les premières années du 21e siècle
ont permis de faire d'énormes progrès

dans la compréhension de l'énergie
renouvelable et des systèmes durables.

Nous étions en train d'apprendre sur
le papier comment arrêter d'utiliser


les énergies intrinsèquement
polluantes,

réalisant seulement la quasi-illimité
abondance de notre univers régénératif

et des revenus énergétiques qui
pourraient suffire pour tout le monde, plusieurs fois,

à la condition que nous agissions
assez rapidement pour créer l'infrastructure adéquate.

Malheureusement, une telle tentative de
transition

a été accueillie avec une grande
résistance par les intérêts financiers.

Vous voyez, il y avait cette chose
appelée le marché libre

qui était très loin d'être libre, en
réalité.

C'était un système guerrier
protégeant les élites,

et plus une industrie faisait de
profits,

moins il y avait de motivation
financière à faire changer les choses.

L'argent était le but de ce jeu, pas
la durabilité ou l'efficacité.

Et le fait était que nous devions agir
vite

en utilisant les dernières ressources
d'hydrocarbure encore disponible

pour créer une nouvelle infrastructure
durable.

C'était une course contre
l'augmentation de la population mondiale et donc des besoins.

Malheureusement nous avons échoué,
dépassant le point de non retour.

Lorsque la vraie pénurie de nos
ressources en hydrocarbure a réellement été comprise,

la déstabilisation sociale et la
panique ont rapidement ajouté de nouveaux obstacles.

Le moindre petit progrès qui pouvait
être fait

était rapidement détruit par les
guerres de l'eau et de l'énergie.

Au même moment, le monde faisait face
au taux de chômage le plus élevé de l'histoire humaine.

Longtemps considéré comme un mythe du
Luddisme,

l'augmentation exponentielle des
machines autonomes au 21e siècle

ont créé une puissante accélération
de la production industrielle

à un coup toujours plus bas et
supprimant le travail humain plus rapidement

que la technologie ne pouvait en
recréer.

Les avant-gardistes ont vu de grands
changements dans l'architecture de notre société.

Peut-être que l'ancienne idée de
gagner sa vie

pouvait être remplacée par l'idée de
vivre sa vie.

On pouvait entrevoir les nouvelles
possibilités pour créer l'abondance et

assurer les besoins de tous les êtres
humains sur Terre, 8 milliards et plus encore.

Mais malheureusement, cette perspective
a rencontré le même sort que les ambitions énergétiques.

Les sociétés, enfermées dans un
schéma de pensées

qui voyaient dans l'automatisation non
pas un moyen d'abondance,

mais plutôt un moyen d'économiser
toujours plus d'argent,

mettant en place un affrontement
violent, pas seulement entre les travailleurs et les propriétaires,

mais ironiquement, un affrontement dans
le fonctionnement même du système.

Le capitalisme devait faire face à ses
plus grandes contradictions,

là où tout à coup le travail pouvait
exister avec de moins en moins de main d'œuvre humaine,

et par conséquent, la recherche
constante de la diminution des coûts pour optimiser le profit

signifiait inévitablement que de moins
en moins d'argent allait être mis en circulation via les salaires.

Ainsi, le système descendait lui-même
dans un marasme affaiblissant.

Remarquant cela, certains commencèrent
à crier qu'il fallait arrêter l'automatisation

puisqu'ils savaient que l'économie
avait besoin d'emplois pour fonctionner.

D'autres prirent la voie de l'action
pour convaincre que le temps était venu

de s'adapter, de simplement donner à
l'humanité ce dont elle avait besoin

en dépassant la notion de marché.

Pourquoi devrions-nous inventer
davantage d'emplois qui gaspilleraient des vies

pour simplement maintenir ce système ?

Pourtant, bien sûr, ils ont été
écrasés dans les médias,

rejetés comme étant des parvenus
socialistes et des communistes liberticides

essayant de corrompre la supposé
liberté

de ce qui n'était rien de plus qu'une
religion : celle du marché qui voit tout.

Et au moment où les gouvernements
contrôlés par les entreprises étaient

incapables d'entrevoir une autre voie,

l'élan de colère et de contestation
était à son plus haut point.

Les syndicats se sont mis en grève, et
les appels à la révolution se sont généralisés.

Les luddistes blâmaient la technologie
pour tous les problèmes,

le monde des affaires blâmaient les
gouvernements pour l'ingérence,

la contre-culture blâmaient les
complots idéalisés,

et seulement une minorité se rendait
compte que c'était un échec du système lui-même,

une évolution naturelle de notre
culture qui demandait respect et adaptation.


Et le troisième et peut-être le plus
absurde de nos fléaux sociaux

était l'illusion d'une dette
financière.

Il est historiquement intéressant de
noter que pour quelques raisons,

le modèle mafieux du crime organisé
adopté par le marché

n'a jamais été réellement accepté
comme une conséquence légitime,

quand il s'agissait, en réalité,
d'une décision habituelle inhérente à la nature

compétitivité de notre système et à
son fonctionnement basé sur la rareté.

Des siècles de dénis peuvent être
trouvés dans les manuels sans fin d'économie

de ce modèle désormais obsolète,

indiquant que si un tel comportement a
eu lieu, c'était une anomalie,

une corruption plutôt qu'une
caractéristique fondamentale attendue par le système lui-même.

Dans cette propension, un système de
dette à émergé.

Que ce soit structurellement conçu
comme une force de la lutte des classes ou non,

le système a plutôt bien servi
l'élite, pendant quelques temps.

Toute forme de monnaie produite a été
créée par la dette

et prêtée à intérêts aux
gouvernements, entreprises et particuliers.

Pourtant, c'était une impossibilité
mathématique pour que cette dette soit un jour remboursée

puisqu'il y avait constamment plus de
dette au sein du système économique mondial

que d'argent pour la rembourser, tout
cela à cause du système de profits grâce aux intérêts.

Et alors que cette main d'œuvre
toujours moins chère

accentuait encore l'écart entre les
classes sociales,

passant des 1% possédant 40% des biens
de la planète

aux 1% possédant 70% des richesses du
monde,

la nature virale de ce mécanisme est
devenue optimale.

Pour élargir l'illusion, les banques
étaient désormais en place

pour prêter de l'argent créé par la
dette aux pays désormais en faillite

qui ne faisaient que regarder ces
banques mondiales échouer encore et encore.

C'était la plus grande escroquerie de
tous les temps,

un système pyramidal artificiel
destiné à ruiner tout le monde.

Et, au moment de la Troisième Guerre
mondiale,

tous les pays étaient en défaut de
paiement envers les autres

et le système monétaire mondial
s'effondra.

Évidemment, pendant ces essais, la
soit disant démocratie

était toujours là, équivalent à une
religion ou une mythologie

dans la compréhension qu'on en avait,
au même titre que le pseudo marché libre.

Tout le monde se tourna vers leur
gouvernement représentatif,

une mafia élue pour le dire autrement,

intimement lié aux intérêts
financiers des entreprises,

qui, en vertu des règles éthiques et
sociales de la lutte des classes

ainsi que de la compétition, n'a eu
que peu d'incitation structurelle

à se soucier de la majorité des êtres
humains sur Terre.

Voilà comment cela s'est déroulé.

Pas très jolie, n'est-ce pas ?

Hé bien, tout cet avenir peut être un
peu extrême dans sa représentation

mais gardez à l'esprit que ce sont ce
que les tendances actuelles suggèrent.

Cependant, je pense qu'il est temps
d'avoir une représentation positive du futur,

un futur possible si nous parvenons à
être assez intelligent pour nous organiser.


Poof

Musique


Mmh ? C'est quoi ça ? Où
suis-je ?

J'ai dû me tromper en programmant
l'appareil.

Oh attendez, nous sommes dans le passé,
au Zeitgeist Media Festival de 2013.

Génial !

Oh, il y a Kellee Maize qui est en
train de faire son truc, ah !

« Si nous faisons ces choses
quand l'arbre est vert, oh s'il te plaît,

que va-t-il arriver quand il sera
mort ? Je créé et je sais que quelque part profondément en
toi,

invisible, se trouve la clé qui
ouvrira tous les yeux. »

Que penses-tu du futur dans environ 100
ans ?

Hé bien, je pense qu'il peut y avoir
deux possibilités.

La première serait la continuité de
ce que l'on fait actuellement,

à jouer avec le feu et en séparant
tout être humain

de notre nature profonde, ce genre de
chose.

Je n'aime pas tellement cette idée.

Mais je pense qu'il y a une autre
direction dans laquelle on peut aller.

J'adorerais voir les gens travailler
ensemble, en coopération.

Je pense qu'on passe à côté d'un
élément tribal important.

Comme l'aurait dit Mouse, « J'adorerais
voir les gens vivre dans des maisons dans les arbres ».

Je veux dire, je pense vraiment qu'on a
la technologie nécessaire pour résoudre tous les problèmes de la
Terre.

Nous avons des plantes qui peuvent
décontaminer les sols pollués comme les tournesols, par exemple.

Tout nous est disponible pour

résoudre les problèmes humains et
créer une incroyable abondance,

sans avoir à traiter avec ce ridicule
système monétaire corrompu.

[Kelly Maize performing « Tree of
life »]

Ah, je n'aime pas partir de ce chouette
festival.

C'est incroyable comme les arts peuvent
contribuer au développement humain.

Et oui, la vie devrait être une
célébration, pas un procès.

Mais bon, retournons au travail.


Poof !


Los Angeles, 2110

Ce qui était auparavant une mer de
trafic et un bouillonnement urbain

au début du 21e siècle a été
transformé

51 guests thanked already.

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

4

Wednesday, December 25th 2013, 11:49am

en un modèle efficace et sûr.

Le modèle des 8 heures de travail par
jour qui poussait la majorité

de la société à s'empêtrer sur des
routes encombrées pour contribuer à une forme d'esclavage moderne,
est un souvenir lointain pour cette nouvelle société hautement
technologique.

Contribuer à la société n'est plus
simplement la poursuite d'un gain personnel.

L'argent a perdu son utilité depuis
longtemps et le fondement de son intérêt a été étouffé.

La culture a finalement compris qu'un
système basé sur une collaboration technique,

sur un partage des ressources et des
idées permettrait une haute abondance,

une stabilité et une durabilité comme
jamais le marché basé sur la rareté,

la compétition et la lutte des classes
ne l'aurait imaginé. Cela s'est appelé la Grande Transition,

où le bénéfice de prendre un point
de vue terrestre, couplé avec

l'application des sciences physiques et
sociales,

ont mis en mouvement un ensemble de
pensées qui ont transcendé

ce que l'on considérait comme normal
au début du XXIe siècle.

Et bien que ce nouveau modèle était
loin de la perfection absolue, son modèle de base

qui se souciait de tous, fonctionnait.
Il prenait également structurellement soin

de l'environnement naturel, aboutissant
à une liberté humaine

et à une possibilité de développement
personnel comme jamais on a pu en voir auparavant.

Pour comprendre comment ce nouveau
monde a émergé,

nous avons besoin de reconnaître une
tendance

qui a commencé apparemment au début
du XXe siècle.

Avec une humanité qui a passé la très
grande majorité de son existence

sous le joug de la superstition, de la
pénurie généralisée et d'un élitisme général,

l'idée de ne pas avoir assez pour tout
le monde et la perpétuation

de nantis et de démunis est apparu
comme étant une loi de la nature.

Guerre après guerre, génocide après
génocide, il est simplement apparu

que la condition humaine était ainsi
faite.

Cependant, avec le développement de la
science

et de ce qu'on a appelé l'efficacité
technique,

un modèle a commencé à émerger,
ouvrant la voie

au changement probablement le plus
radical dans l'histoire des sociétés humaines.

Il a été appelé
« éphéméralisation », la capacité de faire toujours
plus avec toujours moins.

Aussi paradoxal que cela puisse
paraître, notre avancement et notre compréhension pour savoir

comment utiliser nos ressources en
conjonction avec

les lois émergentes des sciences
naturelles,

ont mis en mouvement un modèle de
conservation et d'efficacité qui avec le temps,

nécessitait de moins en moins de
matière, de travail et d'énergie pour obtenir

toujours plus d'améliorations du
niveau de vie.

Pour exemple, le premier ordinateur
construit en 1940

couvrait environ 1673 mètres carré
d'espace au sol, pesait 30 tonnes

et utilisait 160 kilowatts
d'électricité.

Aujourd'hui, un simple téléphone
portable qu'on peut mettre dans sa poche parvient à calculer
beaucoup plus vite

pour presque aucune ressource.

Les communications qui nécessitaient

énormément de fils de cuivre pour
obtenir des appels téléphoniques

ont été remplacé par des satellites
légers.

La construction d'habitations, qui
demande une grande quantité de ressources et de travail,

peuvent évoluer vers des constructions
assemblées automatiquement,

utilisant une fraction des ressources
et du travail actuellement nécessaire

tout en étant plus durable et
résistant.

Même le fondement de l'alimentation,
l'agriculture,

qui depuis le début de la période
néolithique était liée à certaines régions

à cause du climat et de la
productivité des terres a vu une évolution dans sa polyvalence

grâce à une production hors sol
permettant l'obtention d'une nourriture locale sans utiliser

de pesticide et avec moins de
fertilisants tout en réduisant l'énergie

utilisée pour le transport.

L'idée même de la mondialisation,
avec tout le gâchis

qu'elle a créé était désormais
loin.

En effet, aucune industrie ou
sous-industrie n'était en conflit avec tout cela.

Même le travail lui-même, avec la
démocratisation de l'automatisation,

a finalement été appliquée comme le
but atteindre dans le domaine de la production,

faisant exploser l'efficacité et nos
capacités,

avant de moins en moins de travail
humain nécessaire avec le temps.

Au milieu du 21e siècle, même l'idée
de production massive de biens

n'existait plus puisque l'avancée en
robotique modulaire et en

nano-technologie permettait la création
de biens à la demande

comme jamais la capitalisme n'aurait pu
le faire.

L'idée de créer massivement puis de
stocker des biens jusqu'à leur vente était dépassée.

En réalité, la plus part des maisons
avait désormais une salle de production

qui pouvait imprimer les vêtements de
base, les outils domestiques et les biens courants.

Et ainsi de suite, l'efficacité a
augmentée,

amenant le monde à une période
post-pénurie,

où, à l'intérieur du cadre éducatif
des lois naturelles,

respectant l'idée que la croissance et
la consommation étaient limités,

un nouveau système de valeurs a émergé

privilégiant notre capacité à
améliorer notre efficacité

tout en maintenant un équilibre
écologique durable,

pas seulement la durabilité physique
en soi mais aussi une durabilité culturelle.

Prendre soin de tous n'était pas
seulement une conséquence poétique,

c'était un fondement permettant de
créer une harmonie terrestre encore jamais vue jusque-là.

Evidemment, aucune de ces transitions
ne s'est réalisée facilement.

L'économie de marché et ceux qui en
tirent profit

ont dogmatiquement essayé d'arrêter
ce changement

en voyant que l'élitisme qu'ils
chérissaient était remis en question.

Il fallut des décennies d'activisme
pour montrer au monde, y compris

à ceux qui avaient le pouvoir et les
richesses, que la vie pouvait être bien meilleure

pour eux mais aussi pour tous les
autres individus mais que le marché

était simplement incompatible avec ce
nouveau modèle d'efficacité.

Et l'efficacité n'était pas seulement
là pour améliorer la société, mais pour la sauver.


Ah, mince, je dois rentrer, c'est
presque l'heure de mon émission préférée.


[Rires, sons de télévision]

Bitch !


[Nous sommes de retour pour « Free
Market Fun Sack ! »]


Bienvenue de nouveau à « Free
Market Fun Sack »

le jeu qui teste votre compréhension
de l'économie mondiale

et qui nous rappelle que la vraie
liberté

dépend de notre capacité à
restreindre la liberté d'autrui.

Nous sommes désormais en finale avec
ces catégories restantes :

Ces Autrichiens fêlés ; Quelle
Mafia ?; Je vous emmerde vous et vos rêves d'étudiant ;
et

Gimmie, Gimmie, Gimmie ! Mine Mine
Mine !


- Tammie, c'est votre tour.

- Sam, je vais choisir Je vous emmerde
vous et vos rêves d'étudiant pour 300 dollars s'il vous plaît.

- Actuellement aux États-Unis, quelle
forme d'esclavage indirect

est la plus efficace pour sauver la
classe dominante

en créant des générations de jeunes
et désespéré travailleurs ?

[Son de cloche] - Tim ?

- Sam, je pense qu'il s'agit de
l'esclavage par la dette. [Son de cloche]

- C'est exact, Tim !
[Applaudissement]

- En réalité, il y a désormais 1,2
milliards de dollars pour la seule dette des étudiants,

une excellente motivation pour faire
carrière, à n'en pas douter. Tim, c'est à vous.

- Je vais prendre Quelle Mafia ?
Pour 400 dollars s'il vous plaît.

- Quelle part du libre-échange
maintient actuellement

la plus forte pression sur
l'amélioration du niveau de vie et de la politique de santé ?

[Son de cloche] – Tammie ?

- La Réserve Fédérale ? [Son du
buzzer] – C'est presque ça.

[Son de cloche] - Fred ?

- L'agence américaine des produits
alimentaires et médicaux ? [Son de cloche]

- Nous y voilà ! C'est cela même.
Nous avons la possibilité de soigner le cancer,

c'est simplement dommage que cela
rentre en conflit avec les intérêts de la Mafia Médicale.

Fred ! - Oui Sam. Je vais prendre
Gimmie, Gimmie, Gimmie ! Mine Mine Mine ! Pour 600 dollars.

- Quel continent a été le plus
capitalisé pour ses ressources


naturelles et le faible coût de sa
main d'œuvre depuis

le début de l'Empire britannique ?

[Son de cloche] Fred ? - L'Asie ?
[Son de buzzer] – On y est presque.

[Son de cloche] – L'Amérique du
Sud ? [Son de buzzer]

- Même si c'est proche, ce n'est pas
ça. [Son de cloche] – L'Afrique. [Son de cloche]

- Oui voilà, vous l'avez !
Pétrole, minéraux, épices, terres et mêmes individus,

tous ont été utilisés par l'Ouest
pour obtenir une bonne économie

durant des centaines d'années.
L'efficacité économique à son plus haut niveau !

[Buzzer] Ce signal signifie que nous
n'avons plus de temps, Fred, vous êtes notre nouveau gagnant !

Tammie et Tim, s'il vous plaît, entrez
dans votre sac

pour que votre destinée puisse être
mise à contribution

du marché économique émergent dans
le tiers-monde. Ed ?

- Oui c'est exact, Sam. Tammie va avoir
le droit de devenir une esclave sexuelle en Thaïlande,

l'une des régions les plus prometteuse
en ce qui concerne le trafic humain.

Et Tim va pouvoir aller dans le sud-est
de l'Asie afin de travailler 18 heures par jour

pour 10 centimes de l'heure, fabriquant
des baskets hors de prix

pour les écoliers américains.

Merci de nous avoir suivi, maintenant,
un mot de notre sponsor.


La plus part des gens ne savent pas que
le golf a été inventé par Alphonse Leggard,

dont l'œil de verre sautait dans le
parc quand il éternuait trop fort.

À cause de sa jambe cassée, il a dû
taper dans son œil jusqu'à chez lui

avant que sa femme puisse le récupérer
pour lui.

Toutefois, il a ainsi découvert qu'il
avait désormais une nouvelle activité sportive et un nouveau rêve.

Tout est vrai. Vous savez pourquoi ?

Parce que c'est un gars avec une
cravate qui vous l'a dit.

56 guests thanked already.

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

5

Wednesday, December 25th 2013, 11:51am

Réflexions finales.

J'ai fait mes débuts en tant
qu'activiste

en faisant ce que la plus part des
personnes font :

blâmer les autres individus et les
institutions.

Vous n'aimez pas la guerre ?
Blâmez le président, le congrès ou les lobbys politiques.

Vous n'aimez pas l'irrespect
environnemental ?

Blâmez telle entreprise ou telle

institut de contrôle pour leurs
faibles performances.

Vous n'aimez pas être pauvre et
socialement immobile ?

Blâmez la coercition du gouvernement
et l'ingérence

dans cette économie de marché
utopique dont tout le monde parle.

La triste vérité sur ce sujet est que
la seule chose à blâmer

est le
déroulement causal dynamique de l'expression du système lui-même


sur le plan culturel.

En d'autres termes, aucun de nous ne
fait ou ne créé quelque chose dans son coin.

C'est impossible. Nous sommes un
système lié,

à la fois physiquement et
psychologiquement : un continuum.

Par conséquent, notre perception de la
causalité concernant les changements sociétaux

ne peut être réellement pertinente
que si nous cherchons à remonter

aux influences sociologiques profondes,
puis en commençant à changer ces effets depuis

leurs racines mêmes.

Je ne sais pas pour vous mais
personnellement, je suis fatigué de voir

95% des médias mondiaux, des critiques
sociales, des parties politiques,

des philosophes économiques, des soit
disant scientifiques, et, oui, des communautés

d'activistes, continuer à perdre leur
temps et leur énergie à essayer de rafistoler un navire en

perdition qui n'a jamais eu une
structure fondamentale acceptable.

Il ne s'agit pas de dire que nous
n'avons pas besoin de ces pansements, ok ?

Car nous avons vraiment une hémorragie
par nos blessures.

Mais le niveau de
confusion qui nous submerge


lorsque l'on voit
toutes ses actions inutiles et vaines


doit vraiment
être un spectacle d'enfer pour les potentiels extra-terrestres qui


nous regardent,
voyant notre planète aller à sa perdition.


Le regretté George Carlin a dit :
« Quand vous naissez sur cette planète,

vous obtenez un ticket pour ce
spectacle décadent.

Et si vous êtes né en Amérique, vous
avez le droit à une place au premier rang. »

Il est peut-être vrai que derrière
tout cynisme se trouve un idéalisme raté.

Mais dans un monde où les mauvaises
actions sont impunies,

il est aisé de voir comment la part la
plus sensible de la condition humaine

ne peut que souffrir d'une forme de
traumatisme de l'esprit

où la bonne volonté de l'enfant, sa
curiosité et son développement rationnel

est piétiné, supprimé et détruit
par un traditionalisme obstiné

forgé par la supposée vertu de
l'élitisme arrogant.

Et oui, si vous
ne l'aviez pas remarqué, l'origine de cette série


n'est pas une
représentation quelque peu satirique de la vie moderne. C'est au
contraire une


frustration
profonde et une expression inquiète qui favorise en partie ma
tentative cathartique personnelle de parer la condition de ne plus
s'en foutre désormais.


Et mon espoir est
que ceux qui peuvent s'identifier à cette situation critique


vont commencer à
comprendre la gravité de ce conflit sociétal


et travailler
pour aider à limiter cette épidémie de belligérance
intellectuelle


connu comme étant
le « Zeitgeist » que nous endurons.


Sur ce, je
voudrais tous vous remercier


pour avoir
supporté cette émission


et peut-être que
nous allons tous émerger pour avoir un changement à temps,


réalisant que
tout est vous et que vous êtes tout :


une sorte de
responsabilité spirituelle, si vous voulez,


et réussir
éventuellement à sortir de cet âge sombre dans lequel nous nous
complaisons.


Mon nom est Peter
Joseph et peut-être que comme moi,

vous allez
arrêter de vous percevoir comme une victime d'une culture en déclin

mais plutôt
comme un agent de l'évolution : un serviteur d'une culture en
ascension.

[Thème musical]

Toute idée
révolutionnaire semble se confronter à trois phases de réaction.


Elles peuvent
être résumées ainsi :


1 C'est
totalement impossible.


2 C'est possible
mais ça ne vaut pas tellement le coup de le faire


3 J'ai dit que
c'était une bonne idée depuis le début. - Arthur C. Clarke.



Culture en
Déclin

Le Pentagone a
mis en place sa nouvelle stratégie de surveillance mondiale :


L'Opération
protocolaire du réseau Conscience Totale Militaire


Opération TAMPON

(Parce que la
sécurité nationale est désormais une affaire personnelle)

49 guests thanked already.
  • "Alter-Children" is male
  • "Alter-Children" started this thread

Posts: 56

Date of registration: Jul 9th 2011

Language Team: French

Focus Group: Translator
Translation Proofreader

Location: Around Paris - France

Thanks: 2038 / 15

  • Send private message

6

Thursday, January 2nd 2014, 9:56pm

Salut.
Merci pour ton travail de traduction.
Que dirais-tu d'intégrer toutes tes traductions, sauf celles sur lesquelles tu as besoin de retours, directement sur la vidéo sur Dotsub ?
Il sera ainsi plus facile pour les relecteurs d'y participer et éventuellement d'améliorer.
Signature from »Alter-Children« Find me : Trello
  • Les majuscules en français : Wikipedia
  • Les espaces autour des signes de ponctuation : Wikipedia
  • Espace insécable Linux : AltGr + Maj + Espace | Windaube : Alt + 255

48 guests thanked already.

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

7

Sunday, January 5th 2014, 9:43pm

Voilà, j'ai tout mis dans la vidéo. 98% est donc traduit. Voilà les parties où j'ai préféré ne rien mettre plutôt que de mettre des bêtises :
28:21 - 28:25

30:31 - 30:35

30:56 -31:08

32:19 - 32:23

Évidemment, faudrait quand même relire l'ensemble pour vérifier ce que j'ai fait. :)

43 guests thanked already.
  • "Alter-Children" is male
  • "Alter-Children" started this thread

Posts: 56

Date of registration: Jul 9th 2011

Language Team: French

Focus Group: Translator
Translation Proofreader

Location: Around Paris - France

Thanks: 2038 / 15

  • Send private message

8

Tuesday, January 7th 2014, 10:02pm

Merci :) J'ai sauvegardé ta version et je vais repasser sur toute la vidéo. On pourra ensuite comparer les 2 versions ;)
Signature from »Alter-Children« Find me : Trello
  • Les majuscules en français : Wikipedia
  • Les espaces autour des signes de ponctuation : Wikipedia
  • Espace insécable Linux : AltGr + Maj + Espace | Windaube : Alt + 255

47 guests thanked already.
  • "Alter-Children" is male
  • "Alter-Children" started this thread

Posts: 56

Date of registration: Jul 9th 2011

Language Team: French

Focus Group: Translator
Translation Proofreader

Location: Around Paris - France

Thanks: 2038 / 15

  • Send private message

9

Monday, January 13th 2014, 9:58pm

Voilà j'ai tout relu mais j'arrive pas à utiliser le comparo il veut pas mes fichiers : http://www.subdiff.com/index.php

Une dernière relecture par quelqu'un d'autre et ce sera parfait :)

Merci en tout cas Naoki, et si tu veux y a d'autres choses à traduire ;)
Alter-Children has attached the following files:
  • CiD_6_Fr.srt (51.04 kB - 111 times downloaded - latest: Oct 30th 2017, 3:18pm)
  • CiD_6_Fr_Naoki.srt (50.31 kB - 68 times downloaded - latest: Sep 9th 2017, 8:49am)
Signature from »Alter-Children« Find me : Trello
  • Les majuscules en français : Wikipedia
  • Les espaces autour des signes de ponctuation : Wikipedia
  • Espace insécable Linux : AltGr + Maj + Espace | Windaube : Alt + 255

1 registered user and 49 guests thanked already.

Users who thanked for this post:

brunodc

Posts: 6

Date of registration: Dec 25th 2013

Language Team: French

Focus Group: Translator

Thanks: 321 / 0

  • Send private message

10

Saturday, February 1st 2014, 7:47pm

Désolé d'avoir été si long à répondre, je n'avais pas vu que tu avais remis un message.
Je viens de visionner la version finale. Je n'ai pas vu d'erreur, le tout me semble bon pour être publié. Elle m'a l'air bonne pour être mise en ligne.

2 registered users and 58 guests thanked already.

Users who thanked for this post:

nomada, brunodc

© Linguistic Team International 2017
Context In Motion